Colère excessive: comment mieux gérer ses émotions?

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Visage renfrogné, le cœur en ébullition, l’esprit orienté vers le combat, les effets de la colère excessive mènent au conflit ou à l’irréparable. Souvent perçue comme une émotion incontrôlable, la colère peut bel et bien être maîtrisée.

Dans l’analyse de ce désagréable ressenti, les positions mythologiques sont légion. Il faut donc chercher à comprendre la réalité de ce phénomène afin de mieux gérer ses émotions. Pour en savoir plus sur la maîtrise de la colère, cet article vous sera d’une grande utilité.

Colère excessive: comment mieux gérer ses émotions?

Idées reçues sur la gestion de la colère : le mythe doit laisser place à la réalité

  • Première idée reçue : une colère ne se retient pas, il faut la laisser sortir

En effet, la colère n’est pas une émotion que vous devez évacuer d’une manière agressive pour peut-être éviter d’exploser. D’ailleurs, les altercations de même que les crises ne font qu’accentuer la colère.

  • Deuxième idée reçue : la colère, l’intimidation et l’agression me permettent d’obtenir ce que je veux et de gagner le respect

Intimider autrui ne confère ni la puissance ni le vrai pouvoir. Certes, les individus peuvent vous craindre, mais ils ne vous respecteront jamais si vous les harcelez. En réalité, vous gagnez le respect des autres en soignant votre communication à leurs égards.

  • Troisième idée reçue : la colère est une émotion incontrôlable

Certes, vous ne pouvez pas maîtriser toutes les situations auxquelles vous êtes confronté, mais vous avez tout de même la possibilité de contrôler la manière dont vous exprimez vos émotions.

Cela signifie donc que la colère peut être exprimée d’une manière intelligente sans violence verbale ni physique. Vous avez donc toujours le choix.

  • Quatrième idée reçue : il faut apprendre à supprimer la colère pour mieux la gérer

Cela peut sembler contradictoire, mais tomber en colère est normal. Si vous essayez donc de supprimer définitivement cette émotion, vous n’aurez pas les effets escomptés. Vous allez même accentuer le phénomène.

En réalité, la gestion de la colère passe par une prise de conscience des éléments ou sentiments qui sont à la base de vos émotions.

  • Cinquième idée reçue : ma colère vient d’une autre personne, je dois donc lutter avec lui

Cela est totalement faux. En réalité, vous êtes responsable de votre colère.

Colère excessive : identifier les signaux et les facteurs déclencheurs pour gérer ses émotions

En effet, la colère n’advient pas sans prévenir. Voici les signaux physiques qui vous indiquent que vous êtes en colère :

  • mâchoires et poings serrés
  • accélération de la respiration
  • rythme cardiaque élevé
  • problème de concentration et tension dans les épaules

La prise en compte des signaux est un premier pas vers une meilleure gestion de la colère. Sachez aussi qu’il existe des facteurs qui déclenchent naturellement la colère. C’est généralement le cas, lorsque le corps est touché par la fatigue, la faim ou encore la soif.

Aussi, lorsque des situations similaires à des antécédents douloureux se produisent, cela peut déclencher votre colère.Pour gérer la colère, vous devez analyser votre vie quotidienne afin d’identifier les personnes, les activités, les lieux et les moments de la journée qui vous irritent le plus.

Ensuite, essayez d’étudier la possibilité de vous en éloigner souvent. Cela vous permettra de trouver l’apaisement.

Pour vous calmer rapidement :

  • portez toute votre attention sur ce que vous ressentez afin de prendre conscience
  • respirez profondément
  • marchez, faites de l’exercice, etc

Lisez aussi:

Colère: comment se calmer grâce à l’auto-hypnose

Colère noire démesurée: en parler à un psychothérapeute